Accès au contenu.

Comptes rendus de la section du Finistère Nord (S.M.L.H. 29N) – N°2901

Conférence du 19 mai 2011 au foyer du marin (espace Oasis)


Si l'océan m'était conté.

Si l'océan m'était conté, j'adopterais au plus vite des façons nouvelles. On aurait pu en ces quelques mots résumer et conclure l'excellent exposé qu'a fait le 19 mai au soir Mr le professeur Treguer à la section du finistère nord de la SEMLH.
"On aurait même pu travestir un peu le titre de la confèrence: "si l'avenir m'était conté". Mr Treguer en bon pédagogue a su faire passer ses élèves, en l'occurence la trentaine de sociétaires et invités du connu à l'inconnu. D'abord la chimie minérale CO2, H2O, 4 lettres et six sillabes. La presse quotidienne, écrite ou télévisée, n'arrête pas de nous en parler.Un peu moins familier l'acide carbonique, le carbonate de calcium, alias calcaire, qui forme le squelette externe de tant de nos fruits de mer. L'acide carbonique, le transforme, comme le prouve une expérience qui fleure bon nos écoles d'antan: quelques gouttes de vinaigre sur un baton de craie. Redoutable, oh combien redoutable gaz carbonique. Il nous promet des lendemains qui pleurent. Le terrible réchauffement de la planète trouve là une de ses sources.

Pas de sciences sans conscience, c'est possible. Pas de sciences sans courbes et sans graphiques, c'est sûr. N'est ce pas mieux qu'une longue explication orale? En un clin d'oeil se dessine devant nous sur l'écran de la salle du C.O.M la grande aventure de notre gaz délétère et pollueur. En abcisse le PH, alias degré d'acidité; en ordonnée le temps, à peine deux siecles, de 1860 à nos jours et de nos jours à la fin de ce siecle. C'est presque demain. Sombres perspectives. M Treguer nous dit que M Lavoisier, le père fondateur de la chime, s'est trompé. Rien ne se perd certes, mais tout ne se transforme pas.On frémit à l'énoncé des ravages que fera, si on le contrarie pas , notre diabolique CO2. Et nous voyageons d'un pôle à l'autre, des mers froides aux mers froides en passant par les mers chaudes de l'équateur. Toute la planète se réchauffera. Pauvre Bangladesh, qui verra son trait de côte actuel, submergé sous un mêtre d'eau de mer. Et ces pays émergents, bien émergés à vrai dire, qui continuent comme si de rien n'était à lacher des tonnes de CO2, pour épuiser leur charbon!

Heureusement, comme en un point d'orgue de cette brillante conférence une lueur d'espoir. MM Lavoisier et Darwin, le père fondateur de l'évolutionnisme, ignoraient que nos cellules avaient des gênes et que ceux ci peuvent se modifier. Qu'en sera t'il dans ces décennies à venir?
Le pire n'est pas toujours sûr dit le proverbe. Profitons en pour lever notre verre, un verre de l'amitié, à la santé de la planête, même si cette boisson pétillante, comme naguère l'eau de Seltz, contient elle aussi pas mal de CO2. Merci Monsieur Treguer.

Henri Turrier