Accès au contenu.

Comptes rendus de la section du Finistère Nord (S.M.L.H. 29N) – N°2901

Sortie culturelle du 19 juin 2014



Le 19 juin, la section a effectué une sortie touristique et culturelle. Au programme deux visites hautement instructives: l'enclos paroissial de La Martyre le matin, le musée Yan' Dargent à Saint Servais l'après midi.



Le matin
 
Dans le sillage de leur guide habituel Henri Turier, apprécié de tous, quelque 40 sociétaires se sont rendus à La Martyre. Cette petite bourgade, qui domine l'Elorn, à 200 mètres au dessus du niveau de la mer, a été édifiée au croisement de voies routières reliées à toutes les échancrures du littoral de Crozon à Morlaix, carrefour propice aux échanges commerciaux avec les pays maritimes voisins. La famille princière la plus célèbre de Bretagne, les Rohan, s'est investie au delà de toute mesure pour que La Martyre devienne une foire internationale, ce qu'elle devint.
De l'avis des historiens de l'art sacré, l'enclos paroissial est le plus ancien, le plus complet, le plus original des enclos des rives de l'Elorn. Original certainement puisqu'il a réussi le mariage harmonieux de quatre styles architecturaux: Roman, Ogival, Renaissance et Classique. Le guide a invité l'assistance à faire le tour de l'édifice. Il s'est attardé sur un des monuments les plus dignes d'intérêt de l'enclos: l'ossuaire. Au premier coup d'œil, sur la façade de cette construction, les lanternons, les pots à feu, les cariatides montrent à l'évidence que nous ne sommes plus dans le Gothique mais dans le Renaissance, renaissance italienne et païenne puisqu'héritée de l'antiquité gréco-romaine. Un ossuaire n'est pas seulement une décharge d'ossements, c'est surtout une collection d'images porteuses de messages délivrés par les morts aux vivants qui leur succèderont. Et ce, par l'intermédiaire de figures emblématiques, comme ce crâne et ces deux tibias évoquant le fossoyeur s'adressant à Hamlet « Être ou ne pas être ». Moins littéraire et terriblement réaliste, l'Ankou, connu de tous les bretons, personnifie la faucheuse macabre annonciatrice d'une mort prochaine « Aujourd'hui c'est moi, demain ce sera toi ».
 
Quelques kilomètres plus loin, les participants ont quitté l'art du « bien mourir » de La Martyre pour celui du « bien vivre » de La Roche Maurice autour d'un repas convivial et savoureux à l'Auberge du Vieux ChâteauLe 19 juin, la section a effectué une sortie touristique et culturelle. Au programme deux visites hautement instructives: l'enclos paroissial de La Martyre le matin, le musée Yan' Dargent à Saint Servais l'après midi.