Résultats de la recherche

CASIMIR MARIE FRANCOIS BOSCALS DE REALS
Né(e) à MORLAIX, décédé(e) à PLOUGONVEN
Chevalier - Officier terre
Intègre St Cyr en 1854 et sert au 63e RI avant de démissionner le 8 novembre 1863. En 1870, il intègre la Garde nationale Mobile du Finistère et devient chef du 4e bataillon. Il est blessé en novembre 1870.
JEAN-MARIE COAT
Né(e) à HENVIC, décédé(e) à PLOUGONVEN
Chevalier - Officier des équipages
Officier principal des équipages de la flotte - Marin goémonier avec son père dès ses 12 ans, il est incorporé à 18 ans dans la marine nationale en 1928 comme matelot canonnier. Maître principal en 1943, il rejoint le corps des officiers des équipages de la flotte. Après onze embarquements sur des unités de la marine et plus particulièrement sur le "Francis Garnier" appartenant à la flottille du Yang Tsé Kiang, il commande le centre de DCA de Brest avant sa retraite. Médaille militaire. Croix de guerre 39-45
PAUL BERNARD JEAN JACQUES CORRE
Né(e) à ST POL DE LÉON, décédé(e) à PLOUGONVEN
Chevalier - Religieux
Prêtre, aumônier de la marine de 1ère cl. Vicaire à Plougonven avant d’être aumônier de la marine de 1868 à 1889. Après de nombreux embarquements ("Colbert" en 1885), il sert à l’ambulance de Lorient, à l’hôpital maritime de Brest puis de Cherbourg.
EMILE LE GALL
Né(e) à PLOUGONVEN, décédé(e) à PLOUGONVEN
Engagé volontaire en septembre 1937, il est affecté au 12e régiment de chasseurs à cheval. En poste à Sedan, il est des premiers le 10 mai 1940 à recevoir le mot d’alerte « cigarette », déclencheur du branle-bas de combat. Expédié en Belgique, chasseurs et chevaux du 12e se retrouvent face à des chars allemands. A l’issue de batailles inégales, le régiment perd 75% de son effectif; en juin il est démonté. Sous la mitraille, il ramène en arrière des lignes, sur son dos, pendant 2 km, un officier blessé. Reconnu pour sa bravoure, il reçoit la croix de guerre avec palmes et la médaille militaire. Surpris par une patrouille allemande et refusant de se rendre, il est très grièvement blessé à la tête. Laissé pour mort, il est retrouvé trois jours plus tard par des brancardiers allemands et ramené à Rouen. Il est devenu aveugle. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur. Réformé, Grand blessé de guerre, il est promu officier dans l’Ordre quatorze ans plus tard.
HENRIETTE JAMIN
Né(e) à LYON , décédé(e) à PLOUGONVEN
Chevalier - Santé publique
Médecin directeur du sanatorium de Plougonien de1945 à 1966.
AUGUSTE JEAN MICHAUT
Né(e) à BOTSORHEL, décédé(e) à PLOUGONVEN
Chevalier - Officier terre
Lieutenant dans la Légion Etrangère - Engagé à 17 ans dans l’armée de terre, il participe aux combats de l’Aisne en 1918, puis est affecté au Groupe Franc. De retour à la vie civile, il est ouvrier dans une fonderie avant de s’engager dans la Légion Etrangère en 1925 où il sert 21 ans. Il participe à la guerre du Rif, aux campagnes du Maroc, de Tunisie, d’Egypte, de Syrie et du Liban avant de quitter cette arme dans laquelle «quand on pose le fusil, on prend la truelle», et «on ne pleure pas les morts, on les honore», disait-il. Médaille militaire. Croix de guerre des TOE.