Résultats de la recherche

JACQUES LEON GISSEROT
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à BREST ST PIERRE QUILBIGNON
Chevalier - Officier de marine
Ingénieur mécanicien principal. Mécanicien principal en 1917. Croix de guerre 1914-1918.
FRANCOIS MARIE MARHADOUR
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à PLABENNEC
Chevalier - Officier marinier et marin
Engagé en 1921, il passera l’essentiel de sa carrière embarqué dans la spécialité de canonnier. Breveté supérieur en 1926, Premier-maître en 1938, il est à bord du croiseur mouilleur de mines « PLUTON », lorsque celui-ci saute accidentellement dans le port de Casablanca. Chevalier de la Légion d’Honneur pour « actes de bravoure et faits de guerre en 1940 », conséquence de son comportement courageux lors de cet accident. Médaillé militaire, Croix de Guerre avec palme.
JEAN MARIE LE MEUR
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à INCONNU
Chevalier - Officier marinier et marin
Premier maître torpilleur de 1ère cl. affecté à la Défense mobile de Cherbourg en 1894. Il est rayé des contrôles des équipages de la flotte le 01/10/1889 comme cinquantenaire ne navigant plus et passe vétéran. RCA définitif au 01/01/1895. Titulaire de la Médaille militaire (10/06/1884).
JOSEPH PLOUGASTEL
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à LANDERNEAU
Chevalier - Sous officier Terre et soldat
Adjudant-chef d’Infanterie.
FRANCOIS ROPARS
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC
Chevalier - Officier des équipages
Fusilier, Officier des Equipages. Guerre de 1870, Tonkin, Madagascar, médaille militaire
JOSEPH MARIE LE ROUZIC
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à EN VOL
Chevalier - Officier marinier et marin
Quartier maître arrimeur-mitrailleur-bombardier. Mort en service commandé le 04/10/1933 au cours d'un vol de nuit. Médaille militaire à titre posthume (1933).
ALLAIN SIMON
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à KERSAINT PLABENNEC
Chevalier - Sous officier Terre et soldat
Agriculteur chez ses parents, il est mobilisé en 1915 et rejoint le front à Verdun après une période de formation de deux mois. Blessé par éclats aux jambes et aux reins, il est hospitalisé à Chambery, placé en convalescence à Aix- Les-Bain, hospitalisé à nouveau à Chambery après avoir contracté le tétanos. Après un bref retour à la ferme familiale, il repart au front en 1916. Blessé à nouveau, il est amputé d’une jambe et à nouveau hospitalisé. Démobilisé en début 1918, il reprend ses activités dans l’exploitation familiale. Médaille militaire. Croix de guerre.