Résultats de la recherche

JEAN KEROMNES
Né(e) à L'HÔPITAL CAMFROUT
Commandeur - Elu
Maire de L’Hôpital-Camfrout (trois mandats). Président d’associations (Comité de jumelage, Comité du Mémorial, Anciens prisonniers bretons en Indochine). Maître principal mécanicien de bord dans l'aéronavale (3000 heures de vol). Etudes secondaires à l’école "St Pierre" à Plougastel puis au "Likès" à Quimper. En 1949, s’engage dans l’Aéronavale et devient artilleur sur avion de combat. Après ses classes à Rochefort, il est affecté à Agadir au Maroc. En 1952, il est envoyé en Indochine. Abattu sur un "Privateer" quadrimoteur le 08 mai 1954 au dessus de la cuvette de Dien Bien Phu (deux rescapés sur neuf hommes d’équipage). Fait prisonnier et envoyé en camp de rééducation par le Viet Minh. Libéré et rapatrié après trois mois et demi de captivité. Après sa réintégration au sein de l’Aéronavale, il termine en 1968 sa carrière de marin embarqué sur le porte-avions "FOCH" (participation aux essais nucléaires dans le Pacifique, à Mururoa en 1966 et 1967). Il entre aux Affaires Maritimes de Saint-Brieuc (police des pêches et de la sécurité des navires) où il est en service durant 16 ans. Délégué syndical au niveau national. Il prend sa retraite en 1983. Elu conseiller municipal de L’Hôpital-Camfrout en mars 1983, il devient maire août 1984 et effectue trois mandats de 1984 à 2001. Il prend une part active à la construction du Mémorial (inauguré le 08 septembre 2005 par M. Amaloui Nécachéra, secrétaire d’état aux anciens combattants) à la mémoire des 724 Finistériens morts pour la France pendant les guerres d'Indochine et de Corée, comme président régional Bretagne des anciens prisonniers d'Indochine et président du comité du Mémorial. Décoré de la Médaille militaire. Titulaire de trois Croix de guerre (Indochine). Chevalier du Mérite maritime.
CORENTIN ( URBAIN) LEISSEGUES (DE)
Né(e) à L'HÔPITAL CAMFROUT, décédé(e) à PARIS
Commandeur - Officier de marine
Volontaire pour servir dans la Marine en 1778. Participe avec l’escadre du Bailli de Suffren aux combats contre les Anglais en Océan indien et en Atlantique nord. Est dans la division de bâtiments qui s’empare du Sénégal, de la Gambie et de la Sierra Leone. En 1793, conduit les commissaires de la Convention aux Antilles, prend la Guadeloupe aux Anglais après quatre mois de siège . Rentré en France en 1799, est nommé inspecteur des côtes de la Manche. En 1802, nommé par le Premier Consul chargé d’une mission en pays barbaresque, rencontre les beys d’Alger et de Tunis pour défendre les intérêts de la France et obtient la libération d’une grande quantité d’esclaves sans avoir à payer de rançon, puis installe le général Brune comme ambassadeur près de la Sublime Porte et rétablit les relations commerciales de la France dans les Echelles du Levant. En 1804, reçoit mission de regrouper à Boulogne toutes les forces navales disponibles pour préparer un débarquement sur les côtes anglaises. En 1805, quitte Brest à la tête d’une escadre pour se rendre à Saint Domingue. Après une traversée mouvementée de 40 jours qui occasionne de graves avaries, repéré au mouillage puis attaqué en février 1806 par une escadre anglaise en forte supériorité numérique, se défend vaillamment et abandonne finalement le combat en ordonnant aux deux derniers bâtiments survivants de son escadre de s’échouer à la côte dominicaine. En 1809, reçoit le commandement d’une force navale franco-italienne pour défendre Corfou, en vain, contre la menace anglaise. Trente neuf ans de service, 12 campagnes dans les mers des Indes et d’Amérique, cinq commandements dont quatre d’escadres ou de divisions. NB né à Hanvec et prénomé seulement Corentin pour Taillemite.