Résultats de la recherche

FRANCOIS MARIE ABOVILLE (D')
Né(e) à BREST, décédé(e) à PARIS
Grand-Officier - Officier terre
Comte d'Aboville (1814) - Comte de l'Empire (26 mai 1808) - Pair de France (4 juin 1814) - Général de division - Sénateur (1802) et Président du sénat (1803). Elève au régiment de la Fère en 1744, il est déjà présent l'année suivante à Fontenoy puis rejoint à 16 ans le régiment d'artillerie de Metz où il sert comme officier pointeur.  Aide de camp de son oncle Julien qui commande l'artillerie aux armées du Maréchal de Saxe, il est capitaine à 28 ans, lieutenant-colonel à 38 ans; Il quitte la France avec le corps expéditionnaire de Rochambeau et en commande l'artillerie à la bataille de Yorktown. Les dispositions qu'il prend alors sont pour beaucoup dans la chute de cette ville où l'armée anglaise s'était retirée.  Lord Cornwallis rendra plus tard hommage à ses talents en disant : "C'est à vous que j'aurais du rendre Yorktown car c'est votre artillerie si bien pointée qui a détruit mes fortifications." Il est décoré de l'Ordre de Cincinnatus. De retour en France, il est récompensé par le roi qui le nomme colonel puis brigadier en 1784. Promu Maréchal de camp en 1788, inspecteur de l'artillerie en 1791, il continue à servir sous la République. Lieutenant général à Valmy, il commande l'artillerie à cheval et contribue ainsi au succès de cette bataille. Se déclarant contre Dumouriez, il est emprisonné, puis libéré après le 9 Thermidor. Nommé Directeur de l'arsenal de Paris, il devient le premier Inspecteur général de l'artillerie le 5 janvier 1800. Il est nommé sénateur de Besançon en 1802, et promu grand officier de la Légion d'Honneur. Il accompagne Pie VII d'Alexandrie à Paris pour les cérémonies du sacre de Napoléon en 1804. Gouverneur de Brest en 1808, il est nommé Comte de l'Empire en 1809. En 1814, il vote la déchéance de Napoléon et le rétablissement de la monarchie : Louis XVIII le remercie en le nommant Pair de France et Commandeur dans l'ordre de Saint Louis. Il est fait Grand-croix de l'Ordre de Saint-Louis quelques mois avant de mourir à 88 ans, doyen des pairs de France.
PIERRE EUGENE CHARLES BARE
Né(e) à BREST, décédé(e) à PARIS (8ème)
Grand-Officier - Officier terre
Général de brigade des troupes coloniales.
GUSTAVE HYACINTHE ARMAND LE BESCOND DE COATPONT
Né(e) à BREST, décédé(e) à LAVAL
Grand-Officier - Officier terre
Général de division, gouverneur de Nice en 1889. Il se retire à Laval en 1890. Ancien élève de l'Ecole polytechnique (promotion 1844), école de l'artillerie et du génie (1846), lieutenant au 3ème RG à Metz en 1848, capitaine en 1852, campagne du Mexique où il participe à de nombreux combats de 1861 à 1864, chef de bataillon en 1862, lieutenant colonel en 1869, colonel en 1871, brigadier en 1879, en service à l'Etat-major Général, divisionnaire en 1886, membre du comité des fortifications. Il sert en Afrique (1850-1852), à Marseille, Nantes (directeur du Génie), Rennes, St Omer en 1871 (directeur des fortifications) et Pau. Titulaire de l'ordre de la Guadaloupe (Mexique), deux fois cité.
ETIENNE GABRIEL BLOIS DE LA CALANDE (DE)
Né(e) à PLOUJEAN, décédé(e) à BREST
Grand-Officier - Officier terre
Général de Brigade - Entré à l'Ecole Polytechnique, il en sort le 1er octobre 1822 comme élève sous-lieutenant à l'Ecole d'application de Metz. Il prend part à l'expédition d'Alger de mai à décembre 1830. En 1844 il est nommé Inspecteur des armes des gardes nationales de la Seine puis en 1848 adjoint à la direction de Brest. En 1854 il est appelé au poste important de sous-directeur du parc de l'Armée d'Orient. Général le 12 août 1860, il commande l'artillerie de la 9ème division militaire puis celle du 7ème Corps en Algérie. Admis dans le cadre de réserve le 15 octobre 1863 il est rappelé à l'activité le 15 août 1870. Il occupera les postes de commandant de l'artillerie de la 8ème division militaire puis du 15ème Corps et prendra une part glorieuse à la bataille de Coulmiers, ce qui lui vaudra d'être promu Grand officier de la LH le 3 janvier 1871. Placé au cadre de réserve le 1er mars 1871, cet officier général dont la carrière fut si bien remplie était aussi un écrivain militaire distingué.
JACQUES JEAN MARIE FRANCOIS BOUDIN DE TROMELIN
Né(e) à MORLAIX PLOUJEAN, décédé(e) à MORLAIX PLOUJEAN
Grand-Officier - Officier terre
BOUDIN Comte de TROMELIN, général de brigade, élève de l'école militaire de Vendôme, il en sort sous-lieutenant au régiment de Limousin en 1787. Après la Révolution, il suit l'émigration et le duc de Rohan, le comte d'Artois (Armée royale de Normandie). En 1798, il est pris à Caen puis s'évade et quitte la France pour la Turquie où il est employé dans les troupes turques et fait les campagnes de Syrie et d'Egypte. Rayé en 1802 des listes des émigrés il rentre en France et s'installe à Morlaix. En 1804 il est vivement "invité" à prendre du service dans l'armée. Il entre dans le 112ème Régiment de Ligne comme capitaine. Le duc de Raguse (Marmont) le remarque et le charge de plusieurs missions. Il est nommé chef de bataillon et chevalier de la Légion d'Honneur en 1809, puis colonel après la bataille de Wagram (6 juillet 1809). C'est à cette époque que Napoléon le charge de l'éclairer sur les moyens d'abattre la puissance des Anglais dans l'Inde. En 1813 il est rappelé à l'armée d'Allemagne comme adjudant-général; en mai il est chargé de diriger la retraite du corps d'armée du maréchal Oudinot. Il est blessé. La bataille de Bautzen (1813) lui vaut la croix d'officier de la Légion d'Honneur et celle de Leipzig (16-19 octobre 1813) le grade de général de brigade. Il participe à la bataille de Waterloo, sa division fut sans doute celle qui resta la dernière sur le champ de bataille. De 1817 à 1823 il est employé aux inspections et réorganisations de l'armée. Après 1830, Tromelin s'intéresse à la race chevaline dans le Finistère et accepte dans les dernières années de sa vie d'être maire de Ploujean.
RENE AUGUSTE EMILE BOUTEGOURD
Né(e) à BREST LAMBEZELLEC, décédé(e) à BREST
Grand-Officier - Officier terre
Général de brigade entré à Saint Cyr en 1877. Lieutenant en 1882, capitaine en 1885, chef de bataillon en 1892, lieutenant colonel en 1900, colonel en 1908. Inspecteur par intérim des réserves de la 1ère région. Commandant les 5ème et 6ème subdivisions de la 9ème région. Il sert au 21ème RIMA en Cochinchine (1881), en Annam, au Sénégal, au Dahomey, au Sahara, en Algérie, au Maroc.Blessé au Cambodge en 1885. Deux citation à l'ordre du Corps de débarquement (Casablanca, 1908). Médaille coloniale (Sénégal, Dahomey, Maroc).Médaille de la mutualité.Chevalier de l'ordre royal du Cambodge. Officier d'académie, de l'instruction publique, du mérite agricole. Commandeur de l'Etoile Noire et du Nicham Iftikhar.
HENRY PIERRE JOSEPH MARIE LE BRIS
Né(e) à PLOUNEVENTER, décédé(e) à NICE
Grand-Officier - Officier terre
Général de brigade, capitaine au Tirailleurs Tonkinois en 1921, lieutenant colonel à Hanoï en 1935, en captivité jusqu'au 15 juin 1945, inspecteur des troupes coloniales en 1946, à Hué en 1949. Leonore mentionne 3 dates pour commandeur: 07/01/1939 / 30/12/1943 /06/01/1944
MARCEL CLEDIC
Né(e) à LA FEUILLÉE
Grand-Officier - Officier terre
Commandant. En décembre 1943, il rejoint le maquis et est incorporé au "bataillon Bir Hakeim". Lieutenant FFI, il se joint aux unités venues d’Afrique, d’Italie et d’Angleterre et rejoint le 71ème RI. Blessé au cours des combats de libération de la presqu’île de Crozon. En 1947, parachutiste, il arrive en Indochine avec le 1er RCP et participe à toutes les grandes opérations au cours desquelles il est blessé. Après un séjour en Algérie puis en Métropole, il repart en Indochine et participe aux opérations du Laos toujours avec le 1er RCP. Il saute sur Dien Bien Phu en novembre 1953, puis à nouveau en avril 1954 pour y combattre jusqu’à la reddition en mai. Fait prisonnier, il subit l’enfer des camps de concentration vietminh. Rapatrié, il effectue deux séjours en Algérie à la tête d’une compagnie entre 1954 et 1959, au cours desquels il est à nouveau blessé. Retraité, il préside le comité de Huelgoat de la Société des membres de la Légion d’Honneur. Croix de guerre 39-45 et des TOE (12 citations). Croix de la Valeur Militaire et Médaille de la résistance.
CHARLES YVES CESAR CYR COETLOSQUET (DU)
Né(e) à MORLAIX, décédé(e) à PARIS
Grand-Officier - Officier terre
Comte - Lieutenant général - Conseiller d'Etat. Capitaine en 1807, participe aux campagnes napoléonnienes. Général de brigade en 1813. En 1815 il est nommé aide major général de la garde royale puis lieutenant général en 1821 et conseiller d'Etat en 1824. Grand croix de St Ferdinand (Espagne), Commandeur de St Louis, Croix de l'ordre de Hesse.
MARCEL MAURICE COLLIOU
Né(e) à BREST, décédé(e) à PARIS
Grand-Officier - Officier terre
Entre dans l’armée en 1915, au 71ème Régiment d’infanterie, comme simple soldat. Après formation et la conjoncture aidant, il est aspirant en octobre 1916.Lieutenant en 1919, il se distingue dans ses diverses affectations. Capitaine en décembre 1930, après l’Ecole d’application des chars de combat et l’Ecole supérieure de Guerre, il est chef de bataillon quand la guerre se déclare. Mis en congé à l’armistice, il entre dans la clandestinité en février 1943. Colonel en décembre 1944, il est élevé au grade de général de brigade en décembre 1950. Mis en disponibilité en septembre 1955, il sera admis dans la 2ème section avec la grade de général de division. Il est titulaire des Croix de Guerre 14-18, 39-45, et TOE et de la rosette de la Résistance. Il est inhumé au cimetière Saint-Martin de Brest dont une rue porte son nom.