Résultats de la recherche

EMILE LE GALL
Né(e) à PLOUGONVEN, décédé(e) à PLOUGONVEN
Engagé volontaire en septembre 1937, il est affecté au 12e régiment de chasseurs à cheval. En poste à Sedan, il est des premiers le 10 mai 1940 à recevoir le mot d’alerte « cigarette », déclencheur du branle-bas de combat. Expédié en Belgique, chasseurs et chevaux du 12e se retrouvent face à des chars allemands. A l’issue de batailles inégales, le régiment perd 75% de son effectif; en juin il est démonté. Sous la mitraille, il ramène en arrière des lignes, sur son dos, pendant 2 km, un officier blessé. Reconnu pour sa bravoure, il reçoit la croix de guerre avec palmes et la médaille militaire. Surpris par une patrouille allemande et refusant de se rendre, il est très grièvement blessé à la tête. Laissé pour mort, il est retrouvé trois jours plus tard par des brancardiers allemands et ramené à Rouen. Il est devenu aveugle. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur. Réformé, Grand blessé de guerre, il est promu officier dans l’Ordre quatorze ans plus tard.