Résultats de la recherche

JOSEPH ADRIEN CHAUSSE
Né(e) à BREST, décédé(e) à MOURMELON LE GRAND
Chevalier - Officier terre
Capitaine au 77ème RI, engagé volontaire en 1896 au 48ème RI, école militaire d'infanterie en 1900, lieutenant en 1903. Mort pour la France, tué à l'ennemi. "Brillante conduite au cours de plusieurs combats, grièvement blessé à la tête de sa compagnie".
LOUIS EUGENE ADOLPHE CLOAREC
Né(e) à BREST, décédé(e) à St HILAIRE LA GRANDE MARNE
Chevalier - officier terre
Capitaine au 1er Régiment de Tirailleurs Tonkinois à Hanoï en 1907. Engagé au 1er RIMA en 1886, en Guadeloupe en 1888 comme sergent, St Maixent en 1892, en Martinique, en Guyane et Madagascar. Tué à l'ennemi au 161ème RI. Médaille coloniale (Extrême Orient) en 1907.
ZEPHIRIN ALEXANDRE ANTOINE SCHWERER
Né(e) à LORIENT, décédé(e) à GRAND FOUGERAY
Grand-Officier - Officier de marine
Vice-amiral (1918). Préfet Maritime à Brest (1921) EN 1878, Antilles, escadre d’évolutions, Terre Neuve, mers de Chine, Levant, travaux hydrographiques, câble Boston Brest, COA, Islande, Indochine, Baltique, escadre de la Méditerranée, Belgique Champagne (1915), commandant des patrouilles de l’océan, inspecteur général, Préfet Maritime à Brest (1921), puis à Lorient, quitte le service en 1924, devient un des chefs les plus actifs de l’Action Française aux côtés de Charles Maurras.
MARIE-FRANCOISE SEGALEN (sœur LOUISE)
Né(e) à PLABENNEC, décédé(e) à ST MEEN LE GRAND
Chevalier - Religieux
De 1935 à 1955, Soeur Louise a exercé dans l’Ile de Molène les fonctions d’infirmière. Ce pourrait être assez banal en somme. Mais, dans une île , l’infirmière doit savoir tout faire : sage-femme (première intervention pour deux jumeaux, ce qui lui a permis « d’apprendre deux fois plus vite ») ; accompagnatrice des malades à bord de l’embarcation de la Société de sauvetage (elle y a même mis au monde un bébé nommé « Charcot », du nom du bateau des sauveteurs) ; pharmacienne ; dentiste (ou plutôt « arracheuse de dents » comme elle disait plaisamment); conseillère conjugale ; vétérinaire à l’occasion ; enfin conseillère municipale. Il n’est pas étonnant qu’une telle polyvalence, jointe à la qualité des soins prodigués, lui ait valu de nombreuses distinctions comme chevalier de la Santé Publique, du Mérite Maritime et enfin de la Légion d’Honneur, sans compter la plaque de bronze de la Société de sauvetage. Comme conclut un journaliste dans un article à son sujet en l’an 2000 : « Sœur Louise fut bien la femme du siècle pour les habitants de l’Ile Molène ».