Résultats de la recherche

JEAN-FRANCOIS BLEINHANT
Né(e) à PLABENNEC, décédé(e) à PLABENNEC
Chevalier - Sous officier Terre et soldat
En juin 1940, il s'échappe de France avec 5 jeunes gens de Plabennec à bord d'un bateau de Ouessant pour rallier l'Angleterre. Affecté à la 1ère DFL, il rejoint le Régiment de Marche du Tchad, puis la 2ème DB : campagne d'Italie, débarquement de Provence, libération de l'Alsace. Menuisier.
JEAN PIERRE YVES FRANCOIS MARIE GUEGUEN
Né(e) à LE TREHOU, décédé(e) à KERSAINT PLABENNEC
Chevalier - Officier terre
Sous-Lieutenant au 51ème Régiment d'infanterie en 1920. Instituteur à Kersaint par Guipavas en 1921.
JEAN LOUIS LE GUEN
Né(e) à MILIZAC, décédé(e) à PLABENNEC
Chevalier - Sous officier Terre et soldat
Cultivateur incorporé comme soldat au 116ème Régiment d'Infanterie, grand blessé de guerre. Facteur des Postes à Plabennec après la guerre. Médaille militaire en 1917.
ARTHUR MARIE KERMERCHOU DE KERAUTEM
Né(e) à MORLAIX, décédé(e) à PLABENNEC
Chevalier - Officier terre
Il entre à l'Ecole Impériale spéciale militaire le 16 octobre 1864. Sous-lieutenant en 1866, lieutenant en 1870 il participe à la guerre de 1870 contre l'Allemagne avec le 72ème de Ligne. Il est blessé par balle le 1er septembre 1870 à Sedan. Au camp de Satory en octobre 1871.
PIERRE MARIE PODER
Né(e) à BERRIEN, décédé(e) à PLABENNEC
Officier - Officier terre
Capitaine. Engagé en 1899, sergent en 1908, adjudant en 1913, il est sous-lieutenant en 1915 et lieutenant en 1918. Il sert dans l'infanterie coloniale et fait campagne en Nouvelle-Calédonie, Tahiti, Tonkin, Maroc, Afrique Occidentale Française, contre l'Allemagne. En 1932, il sert, comme capitaine de réserve, au Centre de mobilisation colonial d'infanterie n° 109.
ALLAIN SIMON
Né(e) à KERSAINT PLABENNEC, décédé(e) à KERSAINT PLABENNEC
Chevalier - Sous officier Terre et soldat
Agriculteur chez ses parents, il est mobilisé en 1915 et rejoint le front à Verdun après une période de formation de deux mois. Blessé par éclats aux jambes et aux reins, il est hospitalisé à Chambery, placé en convalescence à Aix- Les-Bain, hospitalisé à nouveau à Chambery après avoir contracté le tétanos. Après un bref retour à la ferme familiale, il repart au front en 1916. Blessé à nouveau, il est amputé d’une jambe et à nouveau hospitalisé. Démobilisé en début 1918, il reprend ses activités dans l’exploitation familiale. Médaille militaire. Croix de guerre.