Résultats de la recherche

LOUIS EUGENE JOSEPH BAGOT
Né(e) à BROONS , décédé(e) à ROSCOFF
Chevalier - Santé publique
Issu de l’école de médecine navale de Brest en 1885, il sert en Cochinchine, à Djibouti et en Guadeloupe comme médecin de la marine. Il quitte la Marine pour s’installer à Saint-Pol-de-Léon. Ayant découvert les vertus de l’eau de mer chauffée, il crée en 1899 l’institut marin de Rockroum pour le traitement des rhumatismes devenant ainsi le fondateur de la thalassothérapie. En 1901, il participe à la création du sanatorium de la pointe de Perharidy à Roscoff. Outre son intense activité médicale, il est conseiller municipal de Roscoff puis de Saint-Pol-de-Léon pendant 35 ans, et crée le syndicat d’initiative de Roscoff. Il est également président du syndicat médical de l’arrondissement de Morlaix et médecin des chemins de fer de l’Etat durant une trentaine d’années. Une rue de Roscoff porte son nom.
RENE JEAN FRANCOIS BAGOT
Né(e) à ST POL DE LÉON, décédé(e) à ROSCOFF
Chevalier - Santé publique
Membre de la société française de rhumatologie, de la société française de médecine physique, de la société d’hydrologie et de climatologie. Rhumatologue à Brest, mobilisé en 1939 comme médecin lieutenant, il est démobilisé en 1941, et succède à son père Louis Bagot comme médecin à Saint-Pol-de-Léon puis comme directeur de l’institut marin de Rockroum de Roscoff, reconstruit en 1953 après dommages de guerre. La notoriété des soins pratiqués à Rockroum ayant suscité l’ouverture de nouveaux établissements sur le littoral métropolitain, il préside le syndicat de thalassothérapie.
EDOUARD FRANCIS CHARLES BROUSMICHE
Né(e) à BREST, décédé(e) à ROSCOFF
Chevalier - Santé militaire
Pharmacien de 1ère classe de réserve dans la Marine.
VICTOR AUGUSTE JEAN LOUIS PIERRE MARIE LEFRANC
Né(e) à RUFFIAC , décédé(e) à ROSCOFF
Chevalier - Santé publique
Né dans le Morbihan, interne des hôpitaux de Paris, affecté comme aide major dans une ambulance auto chirurgicale pendant la guerre 14-18, il est blessé en 1918. En 1920, il crée le poste de chirurgien du sanatorium de Perharidy à Roscoff puis installe et développe une clinique dans la villa de Kerléna pour y soigner essentiellement des tuberculeux ostéo-articulaires. De nouveau mobilisé en 1939 comme médecin-capitaine, il est chef de l’hôpital auxiliaire aménagé dans la maison de Saint-Luc. Après guerre, il reprend ses activités chirurgicales à Kerlena. Bien que retraité en 1955, il continue à s’impliquer dans la transformation du service de tuberculose osseuse en une unité de rééducation fonctionnelle et de kinéo-balnéo-thérapie marine. Croix de guerre 14-18