Résultats de la recherche

JOSEPH YVES MARIE COLOGNER
Né(e) à PLOUGONVEN, décédé(e) à NEUILLY SUR SEINE
Commandeur - Santé militaire
Médecin général des troupes coloniales en 2ème section en 1949, études à Brest et à Bordeaux, il intègre les médecins de marine puis en 1902 il passe aux troupes coloniales. Il sert en Cochinchine (1896-1899), au Sénégal (1899-1902), en Martinique (1902-1904), en Guyane (1905-1907), aux Nouvelles Hébrides (1908-1910). A Paris en 1924.
YVES MARIE GUEGUEN
Né(e) à BREST LAMBEZELLEC, décédé(e) à NEUILLY SUR SEINE
Officier - Ingénieur militaire
Apprenti en 1909 à la DCN Brest, en 1911 à la Direction de l'Artillerie Navale, quartier-maître armurier sur la "REPUBLIQUE" en 1912, second-maître en 1917, sur la "BALISTE" de 1913 à 1917. A la Direction de l'Artillerie Navale de Brest à partir de 1919, agent technique en 1924, il est agent technique principal en 1928. Nommé ingénieur de directions des travaux de 2ème cl. en 1933, il est promu à la 1ère cl. en 1937. Il poursuit sa carrière à la Direction centrale de l'Artillerie Navale à Paris. Ingénieur en chef de direction des travaux.
JEAN LE JEUNE
Né(e) à PLOUEGAT MOYSAN, décédé(e) à SEINE ET OISE
Chevalier - Ouvrier militaire
Engagé volontaire comme novice dans la Marine en 1864, il est incorporé au 8ème Régiment d'Infanterie en 1869 et fait campagne contre l'Allemagne. Il est prisonnier de guerre d'octobre 1870 à juin 1871. Il entre dans la gendarmerie à pied en 1872. Maréchal des logis en 1876, maréchal des logis chef en 1879, il est admis à la retraite en 1885. Il entre alors au service de l'Administration Centrale de la Guerre comme auxiliaire puis commis expéditionnaire en 1885. Il est commis principal expéditionnaire en 1902 et est affecté au bureau des fonds et ordonnances au Ministère de la guerre. Médaille militaire (1883), médaille du Mexique.
JEAN JACQUES LEON ROQUEBERT
Né(e) à PARIS (8ème), décédé(e) à NEUILLY SUR SEINE
Commandeur - Ingénieur militaire
X 1899, école du Génie maritime, Cherbourg, spécialiste des sous-marins, il étudie la reconstitution d’une flotte moderne sous-marine à partir de 1919, DCN Lorient (1933), IG (1935), DCN Brest 1936. Il pousse l’achèvement du "RICHELIEU" pour son appareillage, soutient de l’escadre de l’Atlantique, l'expédition de Norvège, s’oppose aux exigences allemandes. Il est arrêté, libéré sur intervention du gouvernement, inspecteur général du Génie maritime, il quitte le service en décembre 1942.