Résultats de la recherche

HERVE COCHARD
Né(e) à PLOUESCAT, décédé(e) à CAP VARELLA (Tonkin)
Chevalier - Officier marinier et marin
Maître canonnier, à bord de l'aviso "TAHORE", torpillé par un sous-marin américain. Mort pour la France (décoré à titre posthume).
VALENTIN PIERRE MARIE PATIN
Né(e) à BREST, décédé(e) à TONKIN
Chevalier - Officier terre
Soldat au 2ème Régiment d'Infanterie de Marine le 6 juillet 1882, il est sergent en 1883 et entre à l'Ecole militaire d'Infanterie en avril 1885. Sous-lieutenant le 19 mars 1886 il fait carrière dans l'Infanterie de Marine. Lieutenant en octobre 1888 il rejoint le 3ème Régiment de Tirailleurs Tonkinois puis le Régiment de Tirailleurs Annamites. Il est capitaine le 6 mai 1895, il sert aux 3ème et 4ème Régiments de Tirailleurs Tonkinois avant de rejoindre le 7ème Régiment d'Infanterie de Marine à partir de juin 1900. Il est ensuite affecté, en 1902, au 18ème Régiment d'infanterie coloniale, au Tonkin.
ALBERT JEAN LOUIS FRANCIS TANGUY
Né(e) à KERLOUAN, décédé(e) à THANH VANH (Tonkin)
Chevalier - Officier terre
Il s’engage dans la Marine Nationale en 1939. Après un cours d’opticien télémétriste sur le "PLUTON" et le "COURBET" il embarque sur le "GEORGES LEYGUES" et le "FANTASQUE" jusqu’en juin 1944. Il se dirige ensuite vers le renseignement et est désigné pour l’Extrême Orient comme chargé de mission à la liaison française de Calcutta, puis à la mission militaire en Chine de Kumming jusqu’en avril 1946. Il est nommé sous-lieutenant le 1er juin 1946. Le 1er janvier 1947 il est affecté au 1er Bataillon de choc et part en Indochine comme officier de renseignement puis chef de la 3ème section de son régiment. Croix de guerre avec étoile d'argent et de bronze - Croix de guerre TOE avec palme et étoile de vermeil. « Jeune officier joignant à une connaissance parfaite de son métier, une grande culture et une grande élévation d’esprit. Son patriotisme dynamique, ses qualités de cœur, sa personnalité marquée, alliées à un courage et un mépris du danger exceptionnel lui ont permis de s’imposer et de conquérir l’estime de ses chefs et le respect de ses hommes, sur lesquels il avait une emprise remarquable. Parachuté le 7 octobre 1947 à Bac Kan a enlevé avec brio l’objectif qui lui avait été assigné, s’emparant d’une position âprement défendue par les rebelles. A Dong Vien (Haut Tonkin), ayant repéré un groupe armé, a monté rapidement une embuscade qui s’est soldée par trois rebelles tués et un fusil récupéré. Dans la même journée, a déjoué une embuscade ennemie, obligeant les rebelles à décrocher et leur infligeant des pertes. Le 7 novembre à Thanh Vanh (Tonkin), au terme d’une opération de plusieurs jours ou il s’était distingué par son sens inné du combat, son allant et sa bonne humeur, a trouvé une mort glorieuse alors qu’il progressait dans un terrain difficile, en tête de la section. Restera pour tous un magnifique exemple de courage et d’abnégation. »